Qui est Carmen Salles

VIC Siglo XIX
 VIC Siglo XIX

La Congrégation des Soeurs de l ‘Immaculée Conception, Missionnaires de l’Enseignement, naît de l’expérience spirituelle que Cármen Sallés, sa fondatrice, éprouva de l’Cármen Sallés y Barangueras est née le 9 avril 1848 à Vic, Espagne.

Ses parents s’appelaient Joseph Sallés et Françoise Barangueras y de Planell; ils lui donnérent une solide formation chétienne, dont la note caractéristique fut l’amour filial à la Vierge Marie. De son père, elle reçut le sens de l’honnêteté et de la responsabilité pour le travail, l’amour de la justice et une profonde sensibilité, faite de tendresse, d’amour et de proximité.

Concepcionista de
Santo Domingo

De sa mère, elle hérita un profond sens religieux pour trouver dans la vie le Seigneur, qui veille sur ses créatures avec un amour provident pour chercher la volonté de Dieu, pour donner un sens spirituel à la vie, et aussi pour être un apôtre de paix et de réconciliation entre nous.

Elle etait la seconde de dix frères et soeurs. Les premières années de sa vie elle connut le sacrifice, la vie austère et le renoncement. C’était une époque difficile, avec des révoltes sociales, où la faim et les problèmes économiques étaient toujours présents. Dans sa famille nombreuse elle vit comment ses parents se sacrifiaient por donner à leurs enfants éducation et culture.

Au milieu de la révolution industrielle, son père se vit obligé de chercher un moyen pour subsister , et la famille dut changer son lieu de résidence à Manresa.

Cármen fut alors l’élève du Collège de la Compagnie de Marie, et elle y apprit les prières qui restèrent gravées dans son esprit et les traditions qui marquèrent toujours sa vie.

Quand elle avait six ans le Saint Père promulga le Dogme de l’Immaculée Conception le 8 Décembre 1854. Carmen reçut intensément cet événement, avec toute la population.

1958 fut un an marial décisif dans sa vie. Le 11 février , la Vierge apparaît à Bernardette à Lourdes , et confirme le dogme défini. Cette année eut lieu le pélérinage familial à Monserrat et la Prémière Communion de Cármen, moment où elle a promis à Jésus
d’être seulement pour lui. Sa vocation religieuse commençait à poindre et elle déposa cette décision aux pieds de Marie à Monserrat. Depuis lors, sa vie fut consacrée au Seigneur par l’intermédiaire de Marie.

À une époque où la femme passait de la tutelle du père à celle du mari, elle fut promise en mariage à un Jeune homme de Manresa, ce qui l’obligea à lutter pour le chemin qu’elle avait envisagé. Elle y réussit, et, enfin, elle entra au Noviciat des Adoratrices, consacrées à la réhabilitation des femmes qui avaient succombé à la délinquance ou à la prostitution. Sa préoccupation et la grandeur de son coeur la poussèrent à se demander ce que seraient devenues ces femmes si la socété leur avait offert d’autres possibilités Elle décida alors de consacrer sa vie à la formation de la femme pour qu’elle puisse avoir dans la société la place adéquate , quelle que fut sa condition sociale.

Catedral de Burgos 1911

Elle passa alors Dans une Congrégation de religieuses consacrées à l’enseignement et à la formation des femmes: les Dominicaines de l’Anunciata, fondée par le Père Coll, qui la reçut au Noviciat. Pendant 22 ans elle se consacra à l’éducation dans différents endroits, et elle dirigea même une petite école pour que les enfant des femmes qui travaillent ne restent pas seuls dans les rues. À Barcelone, elle dirigea un collège pour les enfants de classes moyennes, oú elle ouvrit des cours du soir pour 300 ouvrières, aidée par les élèves des cours diurnes.

Elle s’effforçait d’amplifier la culture des femmes et de l’éducation des jeunes filles Dans une pièté profonde; bien solide, sans sensibleries qui prenait les devants de la mentalité habituelle à cette époque afin que l’on puisse comprendre que les femmes devaient faire plus qu’apprendre à lire et écrire et à s’occuper des ouvrages de leur condition.

Dominica de

la Anunciata

On l’accusait de remplir de vanité la tête des femmes. En 1889 Carmen commence un profond processus de recherche. Elle priait , consultait et restait toujours à l’écoute des inspirations du Saint Esprit, qui parlait à son coeur, et observait avec soin les circonstances qui l’entouraient.

Les gros problèmes arrivent à la fin de 1891 et les premiers mois de 1892.

Elle ne voulut jamais abandonner la Congégation Dominicaine , mais ajouter une branche à ce même arbre. Elle voulut y rester et continuer à enseigner . Mais on ne le lui permit pas et elle se vit forcée alors à prendre un nouveau chemin. Accompagnée de trois des ses soeurs – Candelaria Boleda, Remedios Pujol et Emilia Horta – elle fonda une Congrégation nouvelle Dans l’Ëglise , qui s’appela d’abord Soeurs de l’Inmmacuée Conception de Saint Dominique, et maintenant: Soeurs de Inmmacuée Conception Missionaires de l’Enseignement.

Poussée par une recherche perséverante mais tranquille, parce qu’elle a une pleine confiance en Dieu, Carmen fait un voyage à Madrid. La Providence Divine l’y attend. La parole ferme et seraine de de Don Celestino Pazos, qui appartenait au chapitre épiscopal de Zamora, l’aide à trouver la volonté de Dieu.. Carmen livre son projet à la Vierge du bon Conseil, située dans la Chapelle de la Cathédrale de Saint Isidore. Aprés avoir prié, elle dit aux soeurs qui l’accompagnent: <<C’est la volonté du

Seigneur: allons à Burgos. C’est là que nous travaillerons et que nous lutterons contre toutes le difficultés. Et le Seigneur nous aiderá>>.

Le 15 Octobre 1892, fête de Sainte Térese de Jésus, Carmen arrive à Burgos avec Candelaria Boleda, Emilia Horta et Remedios Pujol. Lá, elle trouve un grand protecteur dans la personne de Mgr. L’Archèque Don Manuel Gómez-Salazar et Lucio-Villegas, qui, le 7 Décembre de la même année donne l’approbation Diocésaine à la nouvelle Congrégation et autorise l’ouverture du premier Collège des soeurs de l’Inmmaculée Conception.

Le 16 Avril 1893 on obtient l’approbation Diocésaine des Constitutions et Carmen Sallés reçoit la nomination de Supérieure Générale. Le 29 Février 1908, Carmen Sallés sollicite du Saint Père l’approbation de l’Institut, et le 19 Septembre de la même année, elle reçoit le <<Decretum Laudis>> accordé par Saint Pie X.

VIC Siglo XIX

MANRESA. Colegio de
la Compañía de María

Dès le premier moment, elle se consacra à préparer d’une manière excellente les futures religieuses institutrices. A une époque où les lois n’exigeaient pas le Diplôme d¡Institutrice pour enseigner Dans les Collèges privés appartenant à l’Eglise , M. Carmen voulu que les religieuses obtienent le Diplôme de l’Ecole Normale et fassent des études de piano et elles les initia à l’étude du Français. L’Université mettrait encore quelques années à ouvrir ses portes aux femmes, mais deux ans aprés la fondation de la Congrégation, ses élèves faisaient l’Ecole Normale d’Institutrices.

Carmen présenta l’éducation comme un projet intégral et équilibré. Les jeunes filles devaient développer harmonieusement leurs intélligences et leurs coeurs.

Elle dépensa toute sa vie au service de l’éducation des enfants et des jeunes, et mit toutes ses énergies pour fonder 13 <<maisons de Marie Inmmaculée>>, comme elle appelait ses communautés et ses Collèges: Celles-ci furent Burgos, Segovia, El Escorial, Madrid, Pozoblanco, Almadén, Valdepeñas, Manzanares, Santa Cruz de Mudela, Murchante, Barajas de Mello, Arroyo del Puerto et Santa Cruz de la Zarza.

“Toujours fidèle à sa vocation religieuse, dédiée à l’éducation, en 19 ans de travail elle fondera 13 maisons, et développera une vaste mission appostolique dans les écoles de diferentes villes et villages d’Epagne. Elle se montrera une femme d’un grand caractère et d’une grande douceur qui sut vaincre beaucoup de difficultés au long de tout son itinéraire de fondatrice. Sa foi inébranlable et sa charité ardente vont accompagnées d’une grande sensibilité pour la formation chrétienne des femmes, en un temps où commençaient à apparaître des pressions laïcistes et anticléricales. M.Carmen montre aussi un grand amour envers les enfants les plus pauvres; en effet, dans toutes se fondations apparaissent à la fois les iniciatitives pour favoriser les enfants les plus pauvres. Les attestations offrent aussi des preuves de la puissance de sa vie intérieure et de la délicatesse de sa conscience par rapport aux expériences douloureuses qu’elle avait endurées: On ne l’a jamais entendue se plaindre ou mal parler de personne, ni justifier ses propres attitudes” (Positio)

Carmen envisagea aussi la fondation de la Congrégation en Italie et au Brésil. Enfin, elle est morte à Madrid, à 63 ans, le 25 Juillet 1911, aprés avoir dépensé sa vie pour le Seigneur et pour tous.

Le 8 Décembre 1954, fête de ‘Inmmaculée Conception et Année Mariale, S.S. Pie XII donna l’approbation définitive à la Congrégation, sous son nom actuel: <<Soeurs de l`Inmmaculée Conception>>.

Le 15 Mars 1998, S.S. Paul II la béatifica, et designa le 6 Décembre comme la fête de sa commémoration liturgique.

<<Si nous avons des jeunes à éduquer et des valeurs à transmettre, les dificultes ne comptent pas>> disait M. Carmen, qui continue son oeuvre Dans l’Eglise au moyen des Soeurs de l’Inmmaculée Conception.

La dévotion à la Bienheureuse Carmen Sallés est en train de s’étendre dans tout le monde d’une manière providentielle.
amour provident et miséricordieux de Dieu le Père et de Jésus Christ Rédempteur contemplés dans le Mystère de Marie Immaculée.

Cette expérience la poussa à répondre à cet amour, reçu et découvert comme une histoire de salut éternel, et à faire de la fidélité à la volonté du Seigneur, la base fondamentale sur laquelle s’appuierait son existence.

Dirigée par l’Esprit, et fidèle à ses inspirations, elle donna une une réponse créative aux nécessités de son temps par la fondation d’une Congrégation de vie apostolique qui a comme objet, à l’imitation de la Vierge Immaculée, la santification des religieuses, la collaboration au salut éternel des hommes et spécialement l’éducation chrétienne de l’enfance et de la jeunesse.
 

 


 

"Adelante, siempre adelante. Dios Proveerá"